« Changement de garde »: L’Aérospatial poursuit son aventure radiophonique sur un nouveau site Web

Sur ce site, vous trouverez les archives de l’émission L’Aérospatial, telle que diffusée de 2010 à 2015 sur les ondes de CKRL 89,1. Au fil de ces cinq années, l’émission fut chapeautée par Julie Gagné, offrant son regard sur l’univers des Arts visuels à Québec, aux côtés de son équipe.

L’année 2015 signale également un changement de garde : c’est Audrey Careau et Gentiane La France qui prennent les rennes de l’émission pour la saison Automne-Hiver 2015-2016 de CKRL 89,1, poursuivant l’aventure radiophonique amorcée en 2005 par Jean-Pierre Guay et Richard Ste-Marie, et poursuivie par Julie Gagné.

Vous souhaitez poursuivre avec elles l’aventure de L’Aérospatial? Nous vous invitons à consulter le nouveau blogue de l’émission, au laerospatialckrl.wordpress.com pour toutes les informations sur la nouvelle mouture autant que des nouvelles actuels du milieu des Arts visuels à Québec!

Podcast – L’Aérospatial, émission du 26 mai 2015

Podcast de l’édition du 26 mai 2015 de L’Aérospatial.

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Dominique Pétrin, au sujet de son exposition à l’Espace-galerie Sherpa;
  • Chronique d’Audrey Careau: retour sur la Biennale de Venise 2015;
  • Chronique de Jean-Pierre Guay: commentaires sur l’exposition Les Premiers d’Alexis Bellavance à Regart;
  • La sélection audio de Simon Roy.

Animation et recherche : Julie Gagné

Télécharger l’émission.

Podcast – L’Aérospatial, émission du 19 mai 2015

Podcast de l’édition du 19 mai 2015 de L’Aérospatial.

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Michael A. Robinson, au sujet de son exposition Black Period à L’Oeil de poisson;
  • Entrevue avec Alexis Bellavance, autour de Les Premiers à Regart;
  • Chronique de Gentiane Lafrance : commentaires sur l’exposition rétrospective de la carrière du sculpteur Don Darby, à la Maison Hamel-Bruneau;
  • La revue de presse Arts visuels de Raymond Poirier;
  • La sélection audio de Simon Roy.

Animation et recherche : Julie Gagné

Télécharger l’émission.

Podcast – L’Aérospatial, émission du 12 mai 2015

Podcast de l’édition du 12 mai 2015 de L’Aérospatial.

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Patrick Dubé, commissaire de l’exposition des finissants en Arts visuels et médiatiques de l’Université Laval;
  • Entrevue avec Camille Bernard-Gravel, autour de son exposition Éole à L’Oeil de poisson;
  • Chronique d’Annie Charland-Thibodeau : commentaires sur l’exposition de François Vincent chez Lacerte;
  • La revue de presse Arts visuels de Raymond Poirier;
  • La sélection audio de Simon Roy.

Animation et recherche : Julie Gagné

Télécharger l’émission.

Podcast – L’Aérospatial, émission du 5 mai 2015

Podcast de l’édition du 5 mai 2015 de L’Aérospatial.

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Marie Gilbert, à l’occasion du Salon Nouveau genre 12;
  • Chronique de Fanny Hénon-Lévy : commentaires sur Roc de Marlène Renaud-B. présentée à Engramme;
  • Chronique de Julie Gagné : commentaires sur Toucher sur l’image (vibrato) de Nicole Jolicoeur à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval;
  • La revue de presse Arts visuels de Raymond Poirier;
  • La sélection audio de Simon Roy.

Animation : Raymond Poirier

Recherche : Julie Gagné

Télécharger l’émission.

Podcast – L’Aérospatial, émission du 28 avril 2015

Podcast de l’édition du 28 avril 2015 de L’Aérospatial.

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Paul Béliveau autour de son exposition conjointe avec Antoine Lortie-Laporte à la Galerie Louise-Carrier;
  • Entrevue avec Jeanne Couture, au sujet de son exposition Le Bel ouvrage au Cercle;
  • Chronique de Gentiane LaFrance : commentaires sur les expositions de Jacinthe Robillard et Steven Beckly en cours à VU;
  • La revue de presse Arts visuels de Raymond Poirier;
  • La sélection audio de Simon Roy.

Animation et recherche : Julie Gagné

Télécharger l’émission.

Nicole Jolicoeur à la Galerie des arts visuels

Nicole Jolicœur développe depuis les années 80 une pratique installative, photographique, textuelle et, plus récemment, audiovidéographique. Son œuvre se construit autour d’enjeux tels que le positionnement des femmes dans la représentation, l’exploration des documents d’archive, la construction de récits, la relation image/texte et l’autoreprésentation. Le travail de Nicole Jolicœur interpelle en outre des références issues de plusieurs domaines de la connaissance et de la perception humaine: les débuts de la psychiatrie, l’exploration des régions polaires, l’anthropologie, la déambulation dans la ville, l’iconographie religieuse catholique et maintenant la musique.

Une première version vidéo intitulée Le Toucher sur image fut présentée récemment à Montréal dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois et du FIFA (Festival international du film sur l’art). Pour cette présentation inédite à la Galerie des arts visuels, Nicole Jolicœur développe le projet sous la forme d’une œuvre installative lui permettant d’explorer la mise en espace de l’image en mouvement et les différentes occurrences de l’archive photographique.

Des photographies promotionnelles du Hilger Trio, musiciennes américaines d’origine autrichienne, datées de 1920 à 1934 et trouvées par hasard, font un retour dans la durée. Mises en scène dans un mouvement perpétuel soutenu par un fragment musical reconfiguré et persistant, ces images perdues, tirées de l’oubli, retrouvent une nouvelle prégnance dans l’intervalle dynamique entre technologies d’hier et d’aujourd’hui. »

Nicole Jolicoeur vit et travaille à Montréal. Après des études à l’École des Beaux-arts de Québec, elle obtient un Master in Fine Arts (MFA) de l’Université Rutgers, au New Jersey. Elle a enseigné à l’École des arts visuels de l’Université Laval de 1972 à 1990 et à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM de 1990 à 2007. Elle compte plusieurs expositions au Québec, au Canada, en Angleterre, en France, aux États-Unis et au Mexique.

Jusqu’au 24 mai 2015, à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval.

Traversée et résidence de Laurent Lévesque à La Chambre blanche

C’est à bord d’un cargo transpacifique qui quitte Shanghai pour rejoindre Prince Rupert que Laurent Lévesque entame la troisième partie de son projet Friendly Floatees et la première de son travail avec LA CHAMBRE BLANCHE. Dans le Cargo qui l’amène jusqu’en Colombie-Britannique, Laurent Lévesque réalisera le dernier point d’ancrage de son projet dans un lieu réel. Faisant en quelque sorte écho à la perte complète de repères qui caractérise cet espace virtuel, la structure s’ouvrira sur ce cargo isolé en plein océan.

Friendly Floatees, est une installation numérique créée avec des technologies photographiques de réalité virtuelle comme celles utilisées dans Google street view. Cet espace est construit d’une espèce de cieux sans horizons, sans astres, sans nuages, qui se déploient sur 360 degrés au travers duquel le visiteur se déplace via un dispositif d’interaction.

L’espace est constitué essentiellement d’étendues bleues. Il y flotte des milliers de sacs de plastique tous photographiés à des moments différents de leur interaction avec l’environnement. Ils sont figés dans chacun des cieux, nous donnant la sensation de l’espace, la sensation du paysage. Pourtant, les espaces ainsi créés défient les notions, de distance, de temps et de perspective, fonctions fondamentales du paysage.

Après ce temps en mer et ce travail d’ancrage, Laurent Lévesque, complètera sa résidence à LA CHAMBRE BLANCHE. Dans un deuxième temps, au mois d’août, il poursuivra son projet dans le laboratoire de la chambre blanche. À cette étape, il achèvera la structure, en peaufinera le fonctionnement et procèdera à des tests d’installation.

Laurent Lévesque est né à Sorel en 1982 et a grandi dans Lanaudière. Il vit et travaille à Montréal. Ses travaux ont été présentés à travers le Québec ainsi qu’en Ontario, en France et au Pérou et l’ont mené à participer à plusieurs programmes de résidences tant sur le plan local qu’international. Son projet Friendly Floatees, réalisé dans le cadre de sa résidence à la chambre blanche, a reçu le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et sera présenté à l’automne 2015 à l’occasion d’une exposition d’envergure au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Traversée de Shangai à Prince Rupert a eu lieu du 14 au 28 avril. Résidence de création du 7 au 24 août 2015.

Don Darby, l’homme et la matière, à la Maison Hamel-Bruneau

L’Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge invite la population à voir l’exposition Don Darby : l’homme et la matière. Les 51 sculptures et 65 dessins qu’elle rassemble, auxquels s’ajoutent des croquis et des esquisses, embrassent l’ensemble de la carrière de l’homme, une figure immense dans le milieu des arts de Québec.

Cette toute première rétrospective de l’artiste est présentée à la maison Hamel-Bruneau jusqu’au 31 mai. Madame Hélène Matte en est la commissaire.

Né à Montréal en 1937 d’une famille irlandaise catholique, diplômé de l’École des beaux-arts de Montréal, Don Darby a notamment enseigné les arts plastiques au cégep de Sainte-Foy, et ce, de 1978 à 2005. Ses œuvres, des sculptures et des dessins, sont connues non seulement au Québec, mais aussi aux États-Unis et en Hollande. M. Darby a également conçu plusieurs pièces dans le cadre du programme d’intégration des arts à l’architecture. Elles se trouvent en différents endroits au Québec.

Lors du vernissage de l’exposition, qui a eu lieu le 9 avril à la maison Hamel-Bruneau, M. Rémy Normand, membre du comité exécutif et président du conseil d’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge, a souligné l’implication sociale du sculpteur, laquelle se traduit dans le choix de ses sujets et des matériaux servant à la fabrication de ses pièces.

« Son engament dans la société […] a accompagné toute sa carrière. M. Darby a entre autres participé au mouvement qui a donné naissance à l’îlot Fleurie, situé dans le quartier Saint-Roch. Les œuvres rassemblées [à la maison Hamel-Bruneau] nous parlent d’évolution, de rapport à l’environnement et de destinée humaine, a-t-il poursuivi. »

Les œuvres présentées

Passant de l’abstraction post-industrielle à la figuration, Don Darby fait preuve d’une puissante intuition dans les pièces qu’il crée. Qu’elles soient monumentales ou toutes petites, celles-ci témoignent de l’intérêt marqué que porte l’artiste pour l’évolution des espèces humaines et animales de même que pour l’environnement.

Ses œuvres font maintenant partie de plusieurs collections publiques et privées.

On en retrouve une bonne partie dans le catalogue de l’exposition. Il est présenté sur le site Web de la Ville dans la section Publications. Il sera possible de se procurer gratuitement la version papier à la maison Hamel-Bruneau à compter du 22 avril prochain.

Les activités connexes

Parallèlement à l’exposition, l’Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge propose des activités en lien avec les thèmes chers à Don Darby. Elles se déroulent toutes à la maison Hamel-Bruneau. L’entrée est libre. Aucune réservation n’est nécessaire.

  • De fil en dessins, Activité familiale animée par Don Darby, le dimanche 3 mai, de 13h à 16h, en continu

L’artiste apprendra aux enfants et aux adultes à mieux dessiner les animaux. Les adolescents, quant à eux, pourront, avec son aide, construire des modèles animaliers au moyen de fils de fer.

  • Les oiseaux de proie, activité familiale, proposée par l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie, le dimanche 24 mai, de 13h à 16h, en continu

L’occasion est unique pour enrichir ses connaissances sur les oiseaux de proie, ces maîtres du ciel aujourd’hui en péril. Les personnes participant à l’activité pourront les voir en pleine action, même toucher les différentes parties de leur anatomie. Deux spécimens vivants, l’un diurne, l’autre nocturne, seront sur place (dans les dépendances en cas de pluie).

La maison Hamel-Bruneau est située au 2608, chemin Saint-Louis à Québec  G1W 1N2. L’exposition est ouverte au grand public du mercredi au dimanche, de 13 h à 17 h.

5e édition d’Arbres d’avril jusqu’au 3 mai 2015

132a8f98-e707-405a-819d-0a0b4d06d723Jusqu’au 3 mai 2015, la Maison des métiers d’art de Québec présente la 5e édition de l’exposition « Arbres d’avril ». Le vernissage de l’exposition se tiendra à la Place de l’Université du Québec le vendredi 10 avril à 17 h. Cette exposition s’inscrit dans le cadre des célébrations de 2015, Année canadienne des métiers d’art.

Lors du vernissage extérieur, l’artiste Giorgia Volpe animera une performance participative à partir d’éléments textiles ludiques développés lors de sa résidence de création à la Maison des métiers d’art de Québec cet hiver. L’œuvre « Les Gargouilles Urbaines » sera incorporée par des gestes quotidiens des participants, transformant ces gestes en monument public.

Aussi, une nouvelle œuvre d’art publique éphémère de Giogia Volpe sera dévoilée: La grande maille. Celle installation sera suspendue aux colonnes de la scène extérieures de Place de l’Université du Québec.

Les douze artistes sélectionnés pour l’exposition extérieure Arbres d’avril présenteront des installations temporaires dans le Jardin Saint-Roch sous le thème de l’arbre, évoquant sa présence parfois active, parfois passive, mais constante dans l’expérience du passant.

Artistes participants : Julie Asselin, Audrey Anne Béliveau, Marilyn Bernier, Ophélie Cuillerier, Félix Leblanc, Mélissa Lépine, Christiane L’Italien, Émilie Moussière, Luce Pelletier, MariePier St-George, Mimi Traillette, Sabine Voisard et Giorgia Volpe.

Afin de marquer l’arrivée des beaux jours, la Maison des métiers d’art de Québec vous invite à explorer le Jardin naissant et découvrir les œuvres éphémères d’artistes de la fibre et du textile.