Catherine Blanchet et Paul Béliveau présentent « Kaléidoscopies » chez Tzara

C’est avec enthousiasme que La Galerie Tzara dévoile l’exposition Kaléidoscopies : les frissons du réel, une présentation issue d’un riche dialogue entre deux artistes de la ville de Québec, Catherine Blanchet et Paul Béliveau.

Dans cette exposition, le public sera convié à découvrir la série Mandalas de Catherine Blanchet, une suite composée de cinq dessins de grand format qui se déploient à la manière de corolles florales ou cristallines. Quelques figures complexes et fantastiques qui rappellent les étranges arrangements de motifs qui éclosent au cœur des kaléidoscopes… Ce travail, d’une spiritualité sincère et fragile, poursuit de manière remarquable la réflexion plastique que l’artiste avait déjà amorcée sur les objets décoratifs manufacturés.

En revanche, la série intitulée Capture de Paul Béliveau aborde de façon corrosive et bouleversante notre relation à l’histoire vue à travers le prisme des médias de masse. En tout, il s’agit d’un ensemble d’une vingtaine de peintures à l’huile sur bois réalisés à partir de captations numériques glanées sur Internet. Insérés dans leurs cadres de béton prenant l’allure de meurtrières, ces tableaux craquelés « à l’antique » illustrent de nombreux événements majeurs et catastrophiques de l’histoire des États-Unis, du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui. Comme dans un immense kaléidoscope, ces fragments d’images arrachés au temps présent se reconfigurent à l’infini dans une mosaïque toujours nouvelle nourrissant notre imaginaire avide d’apocalypses quotidiennes.

Entamé il y a plusieurs mois, ce projet touche ici à son terme non seulement par la présentation des œuvres les plus récentes de ces deux artistes, mais en donnant lieu à la première publication de la Galerie Tzara. Ce catalogue, rédigé par Sébastien Hudon, prend pour appui la notion de « kaléidoscopie » afin d’unir le travail de ces deux créateurs.

Catherine Blanchet vit et travaille à Québec. Elle est titulaire depuis 2009 d’une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval. Son travail fut grandement remarqué lors de son exposition particulière Le dimanche des objets en 2009. Plus récemment, elle participait à Um Teto todo seu, une exposition présentée à São Paulo, au Brésil. Elle utilise la sérigraphie, l’installation, la sculpture et maintenant le dessin pour mieux réfléchir sur l’objet. En 2010, elle a aussi participé à titre de commissaire à l’exposition Pièces détachées, dans le cadre du festival Relève en Capitale à Québec.

Né en 1954, Paul Béliveau a obtenu son baccalauréat en arts visuels en 1977 à l’Université Laval. Connu pour son travail en dessin, gravure et peinture, il cumule plus d’une soixantaine d’expositions particulières à travers le Canada et les États-Unis. Récipiendaire de plusieurs prix en arts visuels et boursier du Conseil des Arts du Canada et du Ministère des Affaires culturelles du Québec à de multiples reprises, il a fait partie de plusieurs comités et jurys liés au domaine des arts visuels.

Du 25 novembre au 23 décembre 2011. Vernissage le 25 novembre, 17h.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :