« Hétérotopies » dès le 21 septembre à Regart

« On ne vit pas dans un espace neutre et blanc ; on ne vit pas, on ne meurt pas, on n’aime pas dans le rectangle d’une feuille de papier. On vit, on meurt, on aime dans un espace quadrillé, découpé, bariolé, avec des zones claires et sombres, des différences de niveaux, des marches d’escalier, des creux, des bosses, des régions dures et d’autres friables, pénétrables, poreuses. » (Michel Foucault, Les Hétérotopies, France-Culture, 7 décembre 1966.)

En juillet 2011, Regart déménageait au sein du « Secteur de la Traverse », à Lévis. Territoire en constante évolution, aujourd’hui lieu de passage à l’orée de changements urbanistiques majeurs, ce contexte géographique singulier que nous habitons depuis un an, devient prétexte à la présentation et à l’incursion d’oeuvres in situ, en espace public et en galerie.

Du 21 septembre au 21 octobre 2012, partant du concept d’« hétérotopie » inventé par Michel Foucault – qui désigne par ce terme des « lieux réels hors de tous lieux », des « contres-espaces » – six artistes soulignent le potentiel esthétique du « Secteur de la Traverse ». Mélanie Bédard, Mériol Lehmann, Charles-Frédérick Ouellet, SYN – atelier d’exploration urbaine (Jean-Maxime Dufresne, Luc Lévesque et Jean-François Prost) offrent au spectateur un parcours d’oeuvres, panel « d’utopies localisées ».

En espace public, plusieurs photographies de l’artiste Charles-Frédérick Ouellet regroupées sous le titre Marnage, parent les bâtiments du secteur de la Traverse, créant des interstices visuels sur le milieu des chantiers maritimes et des pêcheurs. Tout au long de la piste cyclable et autour de Regart, Mériol Lehmann propose quant à lui un parcours ponctué de dix stations d’écoute. Son oeuvre intitulée (Dé)rives, est une invitation à la redécouverte du paysage par le son. En parallèle, l’artiste présente aussi deux oeuvres vidéo dans la salle d’attente du traversier (Détroit) et dans la vitrine de Regart (Traverser). En galerie, avec Entre la berge et le cap, Mélanie Bédard a créé une installation dans laquelle le spectateur traverse divers espaces auditifs et vidéo. Enfin, SYN – atelier d’exploration urbaine, présente Hypothèses d’insertions 7 : un dispositif créant le lien entre le centre d’artistes et l’espace public. Installé dans les locaux lors de l’événement, le mobilier modulable, composé d’un tapis et de bancs, est créé pour sortir régulièrement de Regart, ponctuer l’espace urbain et ainsi créer un espace de rencontre et d’interaction avec les passants.

Hétérotopies – espaces autres est une exposition d’un mois via laquelle le public est invité à expérimenter individuellement et à redécouvrir l’environnement proche de Regart.

Vernissage le vendredi 21 septembre, dès 17h.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :