Archive pour 20 novembre 2012

« Actuel: nouvelles acquisitions » au MNBAQ

Le Musée national des beaux-arts du Québec célèbre l’art actuel dans une exposition inédite réunissant 23 oeuvres acquises cette année et regroupant 16 artistes de la scène actuelle québécoise.

« Instantané photographique de deux collections en constant développement, Actuel : nouvelles acquisitions propose une sélection d’oeuvres acquises ou en cours d’acquisition en 2012. Cette présentation offre l’occasion d’apprécier une vingtaine de pièces destinées à la collection permanente ou à la collection Prêt d’oeuvres d’art (CPOA) alors même qu’elles font leur entrée au Musée.

L’exposition prend son élan à partir d’une oeuvre du collectif BGL, Au service de l’impact (Hommage à Paul-Émile), et se construit autour de la réflexion qu’elle suscite. Acquise grâce au Prix de la dotation York-Wilson du Conseil des arts du Canada, remporté cette année par le MNBAQ, cette création de 2012 adopte en effet le langage de l’abstraction pour élaborer une grande illusion.

Sans qu’il s’agisse à proprement parler d’une thématique, il se dégage de l’ensemble des oeuvres rassemblées ici un sens de la rêverie, de la fantaisie, une invitation à s’échapper ou encore un désir de raconter. Actuel : nouvelles acquisitions couvre un large spectre de propositions qui se signalent par leur penchant à en découdre avec le genre de la fiction. » – Bernard Lamarche

Jusqu’au 17 mars 2013.

« La cité performative » de Stéphane Gillot au MNBAQ

Créée en 2010, La Cité performative, de Stéphane Gilot, est une installation multimédia comportant plusieurs maquettes qui, rassemblées sur une plate-forme de grandes dimensions, forment une sorte de ville miniaturisée.

Cette oeuvre représente une synthèse éloquente des réflexions qui sous-tendent la démarche du créateur. Au moyen de constructions hybrides immersives ou modélisées, de vidéos et de dessins, l’artiste crée des environnements imaginaires dans lesquels se dressent d’étranges édifices.

À première vue ludiques et satiriques, ces univers constituent un prétexte pour nous inciter à analyser nos façons d’agir et à examiner notre manière d’habiter l’espace et d’évoluer dans le monde qui nous entoure.

C’est la toute première fois que le travail de cet artiste, originaire de Belgique et installé à Montréal depuis 1996, est présenté au MNBAQ. L’exposition comprend l’installation multimédia La Cité performative, acquise par le Musée national des beaux-arts du Québec en 2011, une sélection de dessins de même qu’une oeuvre vidéo. Plus qu’un échantillon représentatif de la production de l’artiste, cet ensemble d’oeuvres se veut une invitation à nous interroger sur l’organisation urbanistique de nos sociétés, sur notre capacité à vivre en communauté et sur nos propres comportements en tant qu’individus sociaux.

Jusqu’au 31 mars 2013.

« Votre opinion est importante » d’Édith Burette, au Lieu

« Pour nous, votre opinion est importante ». Une phrase sirupeuse et lénifiante, mille fois entendue, répétée ad nauseam par les systèmes de mise en attente téléphonique de toutes les entreprises, de toutes les institutions. Une phrase destinée à orner d’une vague aura démocratique une relation qui ne l’est nullement. Inversons les termes.

Sur le sol de la galerie du Lieu, centre en art actuel un ordinateur, un programme de composition automatique, des haut-parleurs. Un même message, envoyé à des numéros d’entreprises et d’institutions : « VOTRE OPINION EST IMPORTANTE ! », crié et répété en boucle. La rengaine devient ainsi notre riposte, et à l’envahissement répond l’envahissement – car pourquoi le privilège des uns ne serait-il pas l’arme des autres ?

Edith Brunette allie pratique artistique et recherche théorique. Elle s’intéresse aux formes des discours dominants, à leur manière de représenter le monde – celui de l’art, entre autres -, d’en exclure certains éléments et d’en simplifier d’autres. La Galerie de l’UQAM (Montréal), Praxis (Sainte-Thérèse), le centre de documentation de La chambre blanche (Québec) et les revues ETC et Inter, art actuel sont quelques-uns des espaces qui ont accueilli récemment ses idées et ses images. Son travail sera présenté au centre d’artistes Skol (Montréal) en janvier 2013.

Du 30 novembre au 12 décembre. Vernissage le 30 novembre, 19h.

« Anarchitectures » à VU

Tributaire de la démarche de lʼartiste américain Gordon Matta Clark (1943-1978), lʼexposition collective Anarchitectures présente, dans les deux galeries de VU PHOTO, des travaux dʼartistes faisant dialoguer photographie et architecture. Outre trois photographies de Matta-Clark provenant du fonds de lʼartiste, détenu par le Centre Canadien dʼArchitecture, lʼexposition sera lʼoccasion de découvrir des oeuvres originales des artistes Marc-Antoire K. Phaneuf, Yann Pocreau et Denis Thibeault.

Ces trois propositions artistiques abordent diverses problématiques architecturales et photographiques à travers le cas de lʼimmeuble de lʼancien YMCA, situé à la place dʼYouville à Québec et qui doit être reconverti dans les prochaines années pour devenir le Théâtre Le Diamant.

Lʼexposition Anarchitectures est dédiée à Melvin Charney (1935-2012), dont le décès récent a interrompu la participation au projet.

Jusqu’au 16 décembre.

André Riverin à la Galerie Le 36

Après la présentation de très grands tableaux, André Riverin propose à la Galerie Le 36 des œuvres sur papier où le geste retient son souffle. L’exposition dévoile des dessins datant de 2006 qui, un peu comme des carnets, ont consti- tué pour l’artiste une sorte de relais dans sa pratique picturale et sculpturale. Au creuset de son cheminement ces dessins sont en quelque sorte une pause où le geste cherche l’origine.

« Un même geste inscrivant à chaque fois ligne et couleur rythme l’espace du papier. Semblable à celui du laboureur, ce geste est une trace où à la pointe du crayon s’accumule l’hésitation. Celle-ci, devenue tension intenable, se brise d’un trait qui retombe lourdement en de légers sautillements et arrive à s’inscrire tant bien que mal en lignes brisées et ondulantes. Ce qui au premier abord peut nous sembler être un geste anodin, voire mécanique, inexpressif, devient dans le cumulatif, dirigé, intentionné, et soudainement prend corps. Par ce jeu du plein et du vide, du positif et du négatif, se construisent des figures qui intègrent leur lieu. Non plus choses parmi les choses, mais sensation du monde, celles-ci n’étant rien d’autre que le passer du passage éprouvé. » – André Riverin

Jusqu’au 9 décembre.

Soirée de performance « Double foyer » à L’Oeil de poisson

Partisan de son enchaînement affairé de soirées de performances (plus d’une dizaine en un peu plus d’un an), l’OEil de Poisson accueille le collectif Cornet3boules pour un événement d’art action. Ses membres, qui créent, produisent, diffusent de la performance itinérante, présentent la soirée Double Foyer. S’y présenteront tour à tour Andrée-Anne Gauthier et de Ulysse Ruel du collectif ainsi que Christian Bujold, Henri Chalem et le collectif On est tu heureux hen. Les performances seront suivies d’une première prestation DJ expérimentale de On est tu heureux hen.

L’initiative de Cornet3boules, dont tous les membres organisateurs sont aussi performeurs, révèle et stimule une activité performative continue et auto-organisée à Québec. Leurs têtes s’unissent pour mettre de l’avant leur propre pratique et celles de leurs pairs (artistes établis et relève). En organisant des évènements et des actions diverses, Cornet3boules souhaite offrir une plateforme favorisant l’expérimentation pour les jeunes artistes, faire connaître des artistes d’ailleurs au Québec et renforcer la pratique de créateurs locaux.

Cornet3boules c’est : Andrée-Anne Gauthier, Frédérique Hamelin, GenevièveRobitaille, Ulysse Ruel et Sarah Smith.

Le 23 novembre, dès 20h.

Fanny Mesnard au Palais Montcalm

Du 19 novembre 2012 au 13 janvier 2013, l’artiste Fanny Mesnard présente Petits volants dormants à la Galerie Banque Nationale du Palais Montcalm. Cette exposition, regroupant une série de 8 œuvres, est présentée en collaboration avec Manifestation internationale d’art de Québec.

La représentation de sujets animaux est récurrente dans le travail de Fanny Mesnard et les oiseaux y occupent une place toute particulière. Souvent, elle choisit de les représenter sans vie, comme pris au piège. Cette immobilité permet la contemplation, l’objectif étant de redonner à ces natures mortes une dimension charnelle grâce à la peinture, en utilisant la matérialité du médium et les gestes nécessaires à l’exécution des tableaux comme des matériaux vivants.

La démarche artistique de Fanny Mesnard passe donc par l’appropriation d’une intention photographique. L’image, projetée au tableau, est sujette à des modulations propres à son médium. De près, les excès et les réserves forment un nœud pictural bien vivant ; de loin, les figures inanimées sont perceptibles, mais nous échappent encore…

D’origine française, Fanny Mesnard vit et travaille au Québec depuis sa participation au 26e Symposium d’Art Contemporain de Baie-St-Paul en 2008. Elle a poursuivi ses études à Toulouse, Paris et Marseille, où elle a obtenu un DNSEP à l’École des Beaux-Arts de Luminy ainsi qu’un Master II à l’Université d’Aix-Marseille.

Ses préoccupations artistiques se concentrent dans la pratique d’une peinture instinctive, gestuelle et expressive depuis maintenant plus de dix ans. Elle a réalisé de nombreuses expositions et a participé à des événements d’envergure internationale comme la Biennale des Jeunes Créateurs de Méditerranée. Elle travaille également en collaboration avec deux galeries en Europe et la Galerie Michel Guimont à Québec. Elle complète actuellement un doctorat en Études et pratique des arts à l’Université du Québec à Montréal.