« Ouvrir l’oeil » de France McNeil à Engramme

Engramme présente Ouvrir l’œil, une exposition de France McNeil alliant l’estampe traditionnelle et l’estampe numérique. L’exposition est composée de deux volets, dont une série de vingt-quatre collagraphies imprimées en utilisant une technique d’impression artisanale, faisant référence aux cycles célestes observés par Galilée. Le deuxième volet présente un assemblage de onze estampes numériques formant une oeuvre de grand format imprimée grâce à une technologie de pointe en infographie. Cette image s’inspire des observations de l’univers qui nous sont rendues accessibles grâce aux recherches de l’astronomie moderne.

Cette série s’inspire de la vision qu’a eue Galilée la première fois qu’il pointa sa lunette astronomique vers le ciel. À travers la forme sphérique de sa lunette, il découvrit un monde en mouvement prouvant que la terre n’était pas le centre du monde. Il a ouvert la porte à une nouvelle dimension de l’univers que nous n’avons cessée d’explorer depuis. Plus nous découvrons l’immensité de l’espace qui nous entoure plus ce regard nous amène à constater notre fragilité. Au cours des dernières années, les progrès de la technologie ont fait reculer les limites connues de l’univers découvrant dans le ciel des milliers de milliards d’étoiles, de nébuleuses, de galaxies, de trous noirs, de matière et d’antimatière… Dans ce projet, l’artiste s’interroge sur la place de l’être humain dans cette immensité. Quelle est notre relation avec l’univers?  Quels sont nos rapports avec cet espace infini qui nous entoure? Sommes-nous seuls dans l’univers?

France McNeil vit et travaille à Québec. Diplômée de l’École des arts visuels de l’Université Laval, sa pratique de l’estampe, mêlant la lithographie, la collagraphie et l’estampe numérique, donne une profondeur et une grande richesse à son travail. Elle a participé à de nombreuses expositions, tant individuelles que collectives, particulièrement à l’étranger (à Cuba, en Écosse, en France, en Irlande, en Belgique, en Suisse, en Pologne, en Allemagne). Ses oeuvres font partie des  collections de Loto-Québec, de Desjardins, de Pratt & Whitney, de l’Université Laval, de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, de la Bibliothèque nationale du Canada, de l’Institut canadien de Québec et aussi de collections privées.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :