Duo d’expositions métissées à Engramme et La Bande vidéo

Du 7 septembre au 13 octobre, La Bande Vidéo et Engramme s’unissent pour présenter les projets de deux artistes qui travaillent autant l’estampe que la vidéo. En effet, alors que Nicolas Brault propose Corps étrangers à La Bande Vidéo, Caroline Gagnon présente Débordements chez Engramme. Les deux centres affirment ainsi leur plaisir à collaborer en exposant le travail original d’artistes qui se répondent par le métissage des supports utilisés pour leurs créations respectives.

Corps étrangers de Nicolas Brault à La Bande Vidéo

Corps étrangers, réalisée à l’occasion d’une résidence d’exposition à La Bande Vidéo, s’articule autour d’esquisses animées inspirées des réflexions de l’artiste sur la représentation du corps. Trois projections, jumelées à de la musique corporelle, permettent une expérience immersive. L’artiste utilise ici l’animation en linogravure et en peinture de lumière (light painting) pour faire vivre au spectateur le sentiment d’étrangeté que peut parfois lui inspirer son propre corps.

Né en 1975 à Montréal, Nicolas Brault est diplômé en design graphique de l’Université du Québec à Montréal. Il remporte en 2000 le concours Cinéaste recherché(e) par l’ONF qui lui permet de réaliser le film Antagonia présenté au Festival de Clermont-Ferrand et primé à CINAMINA au Portugal. Il s’intéresse ensuite à la culture inuite avec son court métrage Îlot (2003), ainsi qu’aux traditions orales africaines avec Hungu (2008). Avec Le cirque (2011), nommé dans la catégorie du meilleur film d’animation à la 37e cérémonie des César, Nicolas Brault met en scène des souvenirs liés à la mort de sa mère.

Débordements de Caroline Gagnon à Engramme

Avec Débordements, projet réalisé lors d’une résidence conjointe entre Engramme et La Bande Vidéo, Caroline Gagnon propose une exposition pluridisciplinaire où la lithographie, l’impression numérique et la vidéo se mélangent dans une installation in situ au ruissellement invasif. Par la juxtaposition de matérialités et temporalités diverses, toutes issues de manipulations du dessin au lavis (tushe), l’artiste porte un regard sensible sur les spécificités du médium lithographique, transcendant ainsi les limites imposées par la pierre.

Caroline Gagnon est diplômée du programme de maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Elle a exposé dans plusieurs galeries et centres culturels au Canada et réalisé différentes résidences dans la province. Son travail en peinture a notamment été en nomination en 2003 pour la RBC Canadian Painting Competition. Sa pratique est maintenant multidisciplinaire. L’artiste vit et travaille à Montréal.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :