Osvaldo Ramirez Castillo à L’Oeil de poisson

Par le dessin, Osvaldo Ramirez Castillo propose une narration critique de l’expérience historique, culturelle et personnelle. Influencé par ses origines latino-américaines, son travail souligne l’importance du patrimoine oral reflété dans les arts graphiques. S‘étant intéressé à l’histoire du Salvador, l’artiste a particulièrement été marqué par les récits d’expériences personnelles et collectives liés à la guerre civile qui a ravagé le pays dans les années 1980.

Prenant la forme de fables, de contes ou de mythes, les œuvres de l’artiste mettent en scène des récits hybrides où s’entremêlent des éléments de la mythologie précolombienne, du folklore, de la culture visuelle et vernaculaire mais aussi tout un répertoire d’images plus personnelles que Ramirez Castillo recyclent et revisitent continuellement dans son travail. Sa production récente se concentre notamment sur l’exploration de la mémoire collective, sur l’identité culturelle et sur les traumatismes historiques.

Ce sont d’ailleurs ces problématiques qu’explore My tyrant, My protest, My myth présenté dans la petite galerie et l’entrée vidéo de l’Œil de Poisson. Projet interdisciplinaire, cette œuvre allie dessins de matériaux mixtes, impressions et vidéos d’animation image par image (El Mozote chronicles et dummies). Abordant ces questionnements sous forme de mythologies personnelles, ce corpus de travail tente de suggérer des interprétations nouvelles de l’édification de la mémoire comme forme de résistance, de commentaire politique et de guérison.

Originaire du Salvador, Osvaldo Ramirez Castillo a immigré au Canada en 1989 et réside actuellement à Montréal. Il détient un diplôme de l’Université Concordia (MFA). Son travail a été présenté au Canada au MAI (Montréal, Art interculturels), au MacLaren Art Center (ON) et à la Southern Alberta Art Gallery (AB) ainsi qu’à l’étranger à la Kuma Galerie à Berlin, au Print Center de New York et à la Casa de las Americas à Cuba. En 2010, Ramirez Castillo recevait une bourse de la Pollock-Krasner Foundation de même que le prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton accordé à un artiste de mi-carrière en arts visuels. De plus, il a également obtenu diverses bourses de production et de voyage du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Vernissage le vendredi 10 janvier à 20h, précédé d’une rencontre avec l’artiste à 19h30.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :