Eveline Boulva expose au Palais Montcalm

Jusqu’au 29 mars 2014, l’artiste Eveline Boulva présente Quadriller l’horizon à la Galerie du Palais Montcalm. Cette exposition, regroupant 8 œuvres, est présentée en collaboration avec Manif d’art.

La question du paysage interpelle Eveline Boulva depuis plusieurs années. Définie simultanément comme une perception subjective du territoire et comme une représentation artistique, cette notion semble éviter les délimitations trop encloses. En ce sens, le fait de désigner le paysage comme sujet de ses recherches provient du désir d’observer, d’analyser et d’interpréter des territoires individuellement (ou identitairement) vécus.

Dans sa pratique artistique, les paysages et les territoires sont généralement représentés par une superposition de dessins linéaires. Même si l’approche linéaire demeure centrale, la facture de ses dessins se diversifie graduellement en réponse à des intentions artistiques spécifiques. Cette diversité graphique favorise l’expression d’une multiplicité de regards posés sur un territoire et de leur complexité intrinsèque. Des stratégies plastiques, telles que la superposition et l’accumulation de plusieurs points de vue sur un territoire donné, lui permettent aussi d’élargir subtilement le cadrage et la perspective des tableaux. Bref, le dessin constitue pour cette artiste un moyen d’expression privilégié, dont la perméabilité et l’ouverture au décloisonnement offrent de vastes possibilités. En parallèle au dessin, des formes colorées s’imposent parfois : elles constituent alors une composante essentielle, régissant la cohésion, l’atmosphère et l’équilibre des compositions.

Dans le cadre de cette exposition, Eveline Boulva, pose un regard critique et sensible sur les valeurs utilitaires qui semblent maintenant prédominer vis-à-vis l’environnement, ayant pour conséquence, sa fragilité accrue. Le dessin propose souvent – mais pas strictement – un trait fin et détaillé pour correspondre de façon formelle à la fragilité et à la complexité de ces territoires. Concrètement, les zones portuaires et industrielles, les gares de triage, certains quartiers périurbains l’inspirent particulièrement. Leur vocation pragmatique et les éléments architecturaux qui les caractérisent, leur organisation formelle, lui apparaissent symboliques de la technocratisation des lieux.

Née en 1976 à Québec, où elle vit et travaille, Eveline Boulva est titulaire d’un doctorat sur mesure en création de l’Université Laval. Depuis 2001, ses œuvres ont été présentées au Québec à l’occasion de plusieurs expositions, notamment l’exposition individuelle Des lieux et des temps (Musée du Bas-St-Laurent, Rivière-du-Loup, 2012) et l’exposition collective C’est arrivé près de chez vous (Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, 2008). Elle a également participé à des expositions collectives sur la scène internationale, particulièrement en France. On retrouve les œuvres de l’artiste dans plusieurs collections, dont celles d’Hydro-Québec, de Loto-Québec, du Prêt d’œuvres d’art du Musée National des beaux-arts du Québec et de la Caisse Desjardins. 

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :