Geneviève et Matthieu, Christophe Barbeau et Frédérique Hamelin à L’Oeil de poisson

Trois nouvelles expositions à l’horaire à L’Oeil de poisson, du 7 novembre au 7 décembre, avec vernissage le 7 novembre 20h, précédé d’une rencontre avec les artistes à 19h30.

Geneviève et Matthieu, La Jamésie

ccb23a77-843c-43d5-96ff-81f12f2d30f8Depuis 2011, Geneviève et Matthieu élaborent le projet intitulé La Jamésie. Comme l’écrit Stefan St-Laurent, La Jamésie c’est : « […] un nouveau territoire où pourront vivre en paix et en harmonie tous ceux et celles qui sont artistiquement enclins et socialement ineptes.» L’Œil de Poisson est très heureux de présenter l’aboutissement de ce projet hors du commun dans sa grande galerie.

Prenant la forme d’une installation, La Jamésie propose au visiteur un univers physique singulier et coloré, composé « d’un corpus diversifié d’accessoires sculpturaux […] revitalisés par une poésie noire, des performances athlétiques, des sons cinématographiques et de la musique. »  Allégorique, énigmatique, personnelle et politique, cette œuvre interdisciplinaire porte à la fois un regard critique sur le milieu des arts et tente d’évoquer ce que serait une vie artistique différente.

Afin de clore en beauté l’exposition, le duo présentera une performance mémorable le 6 décembre à 20h.

Geneviève et Matthieu créent depuis la fin des années 1990 un univers strident dans lequel happening musical et installation performative s’entrechoquent avec désinvolture. Inspiré de l’art et la vie, le duo évolue dans un cul-de-sac artistique en tentant de repousser constamment les limites du médium. C’est dans l’apprentissage de nouvelles techniques de production et par l’accumulation de savoir-faire qu’il perd temps et amis.

Artistes/performeurs/musiciens, Geneviève et Matthieu travaillent à Rouyn-Noranda au Québec. Bacheliers en arts visuels, ils présentent depuis les années 2000 des installations et des performances interdisciplinaires. Coordonnateurs de L’Écart, centre d’artistes en arts actuels et directeurs de la Biennale d’art performatif de Rouyn-Noranda, ils s’investissent activement dans leur communauté.

Christophe Barbeau et Frédérique Hamelin

893e2f26-4c98-472f-91dc-c7e12b4d3bf5

À l’occasion de leur première exposition collaborative, Christophe Barbeau et Frédérique Hamelin proposent de retracer l’histoire de la petite galerie de l’Œil.

Conscient de la charge historique et mnémonique du lieu, le jeune duo a conçu une installation à partir d’archives, de fragments d’œuvres, d’artéfacts d’expositions ayant eu lieu dans cet espace ainsi que de propositions artistiques de leur cru. Sans adopter le rôle de commissaires, Barbeau et Hamelin ont sélectionné ces éléments afin de constituer une nouvelle histoire qui à la fois prend en compte les usages passés de l’espace, son architecture et certains de ses objets, tant artistiques qu’usuels.

Suscitant d’autant plus une réflexion sur les notions de réexposition, de référence et de reconstitution, les artistes confrontent indirectement leur travail à la mémoire du lieu de même qu’à celle du public.

Christophe Barbeau et de Frédérique Hamelin ont présenté occasionnellement des performances en duo. Influencés par l’art conceptuel et la performance, ces artistes de la relève complètent présentement leurs études au baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval.

Stéphan Groß, THE PRESENT ARRIVED et ICI

4b17cc32-5d22-4957-b000-8725bcec5265

Stephan Groß s’intéresse à la transformation artistique des médias imprimés, à la poésie concrète ainsi qu’à l’installation.

THE PRESENT ARRIVED se veut un clin d’œil à l’intrusion du matériel dans le monde spirituel. Contemplative et énigmatique, la vidéo présente, à l’image d’une offrande, l’amalgame incongru d’un ange et d’un vaisseau spatial.

ICI propose une expérimentation vidéo minimaliste où l’adverbe «ici» se déplace, glisse et se multiplie pour former des motifs brouillant notre perception.

Reconnaissables par leur langage caractéristique où les mots et les lettres créent des formes en deux et trois dimensions, les œuvres de Groß sont souvent placées dans le paysage urbain où elles se présentent comme autant de petits et de grands pense-bêtes. Son travail aborde des thématiques comme l’oppression, la politique, le désir, la violence et la beauté qu’il met en scène sous forme de réalisme délirant ou d’abstraction formelle.

Groß vit et travaille à Berlin. Il a étudié les arts visuels et les mathématiques à l’Universtié de Brêmes en Allemagne avec entre autres Frieder Nake, pionnier de l’art informatique. Depuis 2003, son travail a été présenté à de nombreuses reprises dans des festivals et des expositions en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Turquie. Sa vidéo ICI a été récompensée au Kunstpreis Tempelhof-Schöneberg en 2010.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :