Microchimies de Fernand Leduc chez Michel Guimont

La Galerie Michel Guimont présente une exposition des microchromies de Fernand Leduc. Cette sélection d’huiles sur toile et de pastels du grand peintre québécois est offerte pour la première fois au public grâce à la collaboration d’Isabelle Leduc, fille de l’artiste. Présentées en exclusivité, ces œuvres sont une occasion unique de contempler le travail de maturité de ce grand maître de la couleur. Le vernissage de l’exposition aura lieu le 22 février de 13 h à 17 h et l’exposition se poursuivra jusqu’au 15 mars 2015.

Ces œuvres exceptionnelles baptisées par Fernand Leduc «microchromies», sont l’aboutissement d’un cheminement vers une pureté de la couleur animée par la lumière qui en émane. Semblables à des monochromes au premier coup d’œil, ces tableaux sont en réalité composés d’une multitude de nuances chromatiques traitées en transparence et en superposition.

Né en 1916, Fernand Leduc s’est engagé dans la voie de la modernité après des études à l’École des beaux-arts de Montréal. Sa rencontre avec Paul-Émile Borduas, puis sa participation au groupe automatiste, l’amène à choisir l’abstraction comme mode d’expression. Il passera finalement une grande partie de sa vie entre la France et l’Italie avant de revenir s’établir définitivement au Québec en 2006. En 1988, il reçoit le prix Paul-Émile Borduas, la plus haute distinction en arts visuels au Québec. Il y a un an, le Musée national des beaux-arts du Québec lui consacrait une salle permanente aux côtés de Riopelle, Pellan et Lemieux.

Des premières « microchromies » des années 1970 aux pastels réalisés dans les dernières années de sa vie, Fernand Leduc poursuit le même objectif : faire des œuvres dans lesquelles l’élément formel disparaît complètement. « Quand le peintre manie la couleur lisse, en analyse le pouvoir, élimine la force suggestive du presque-aplat, il vise moins à restituer la lumière qu’à définir un nouvel espace. Un espace minutieusement construit sans l’aide d’une écriture, sans le soutien de formes ou de masses; détaché de toute référence illusionniste; fondé sur le strict contrôle des lois physiques de la couleur.»

L’exposition Fernand Leduc, microchromies, invite au voyage à travers les douces couleurs diffuses des matins italiens et les teintes vivifiantes du Mexique des séries Cycle de vie et Rencontre ainsi que Mexicana et Ciel d’hiver à Chapala.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :