Jacinthe Robillard et Steven Beckly à VU

Les deux nouvelles expositions de VU proposent une réflexion sur les relations humaines et leur représentation. Que ce soit par le regard de Jacinthe Robillard sur ses proches et ses connaissances, ou la manière dont Steven Beckly présente les relations apparaissant sur des photos trouvées, les deux artistes interrogent la façon dont la photographie peut interférer dans l’illustration des liens qui nous unissent.

69de4fa2-514a-48c2-99e7-8379d49046cb

L’étendue de mes connaissances, Jacinthe Robillard

Au fil d’un agenda de rencontres individuelles, Jacinthe Robillard accueille ses proches et ses connaissances avec une tâche à réaliser dont l’objectif est de faire d’eux des portraits empreints d’authenticité. Dans un environnement neutre, chaque participant se retrouve devant un tableau d’instructions à suivre afin de réaliser la grue, la figure d’origami la plus répandue mais aussi une des plus difficiles. Prétexte pour les amener à se concentrer et ainsi en venir à oublier la présence de la caméra, l’activité fait également ressortir certains traits de leur personnalité : détermination, patience, doute, minutie. Les portraits photo et vidéo qui en résultent démontrent aussi l’attention même de l’artiste envers les gens qui l’entourent, et ses tentatives de mieux les observer pour mieux les comprendre.

f22aa80e-f448-463d-8615-5c012b3bc1b3

The Force of What Lives Us Outliving the Mountain, Steven Beckly

Travaillant à partir de photographies anciennes dans lesquelles les relations apparaissent ambiguës, Steven Beckly interroge les normes culturelles qui entourent l’intimité et la proximité. Des images présentent des couples de même sexe posant pour la photo, situation qui amène les individus à se rapprocher, à s’étreindre ou à se tenir la main. Sont-ils frères, sœurs, cousins, amis, amoureux? Pour le savoir, il faudrait avoir accès à leur histoire. Par une série d’œuvres qui décortiquent l’anatomie des photographies et en isolent les éléments – images photographiques, textes manuscrits aux versos, cadres ornés –, l’artiste brouille les pistes qui permettraient de connaître la nature de la relation unissant les personnes représentées. Il ne reste alors que les indices de liens qui ont traversé le temps par la photographie.

Du 25 avril au 24 mai 2015 à VU. Vernissage le vendredi 24 avril 2015, 17h

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :