Naiana Magalhães en résidence à La Chambre blanche

LA CHAMBRE BLANCHE est heureuse de recevoir l’artiste Naiana Magalhães en cette quatrième année du programme d’échanges avec le Musée de l’image et du son de São Paulo (Brésil). Naiana Magalhães sera en résidence in situ du 9 mars au 3 mai. Elle y présentera le fruit de sa résidence intitulé Antérieur.

Travaillant principalement avec la vidéo, Naiana oriente sa pratique sur l’observation, elle se place en retrait observe et capte les effets rebonds d’un geste ou d’un incident qui n’apparaît jamais à l’écran. Elle présente le fruit de ses observations dans des vidéos. Par exemple, une vidéo nous montre un tronc d’arbre illuminé par le rouge de gyrophares de voitures policières. L’arbre palpite au rythme des gyrophares et semble saigner, les feuilles rouge sang. Elle ne filme pas les policiers omniprésents, les arrestations arbitraires et souvent violentes. Nous ne voyons jamais la voiture de police, jamais le gyrophare. Naiana nous montre les choses sous un autre angle, détachées de l’acte comme tel, elle nous montre l’arbre et les feuilles qui deviennent rouge sang, illuminés par les gyrophares.

Pour son travail de résidence à LA CHAMBRE BLANCHE, Magalhães sort un peu de sa zone de confort, c’est-à-dire qu’elle n’utilisera pas la vidéo, mais bien l’installation et le son. Une affirmation attribuée à Leonardo de Vinci veut que si nous enfonçons au plus profond des océans des tubes très longs, il suffit de placer notre oreille sur l’embout du tuyau qui reste hors de l’eau pour entendre tous les vaisseaux sur toutes les mers. C’est ce qui a inspiré les inventeurs du sonar et qui est l’idée maîtresse de la démarche de Naiana à LA CHAMBRE BLANCHE.

Elle nous propose donc un travail d’installation ainsi qu’une incursion dans le monde du son. Pour ce faire elle utilise entre autres, de gros barils bleus de récupération d’eau. On peut voir dans ce choix une réflexion des réservoirs presque du même bleu, qui ponctuent Rio et qui sont omniprésents sur les toits de la ville et surtout dans les Favellas. À LA CHAMBRE BLANCHE, un enregistrement des bruits intérieurs de notre corps sera placé sous un des trois les barils remplis d’eau et reliés par de gros tuyaux. Le son voyagera, porté par l’eau entre ces réceptacles. Les visiteurs seront invités à plonger le long tuyau de Da Vinci au plus profond d’un des réceptacles. Entendront-ils les vaisseaux qui sillonnent les mers ou le murmure de nos navires intérieurs?

En 2012, Naiana Magalhães obtient un diplôme du cours en arts visuels de l’université de Fortaleza, dans l’état de Ceará, Brésil. Elle a participé à plusieurs expositions collectives ainsi qu’à des résidences à Fortaleza, dont, « Specific » au Centre Culturel de la banque Nord-est ainsi qu’à « Residência em 7 » sous le tutorat de l’artiste Waléria Américo. À Rio de Janeiro, elle a participé à des expositions collectives telles « Á Primeira Vista » à la galerie Artur Fidalgo, sous le commissariat de Marcelo Campos et Efrain Almeida et à « Acontecimento » à l’atelier d’Isabela Capeto. À Rio, elle a également étudié à l’école des arts visuels de Parque Lage. Elle vit et travaille à Rio de Janeiro au Brésil.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :