Posts Tagged ‘ Frères Caillebotte ’

« Fenêtre sur jardin », l’atelier pour tous de décembre au MNBAQ

Pour plonger dans l’esprit du temps des Fêtes, pourquoi ne pas créer ses propres cartes de souhaits, en s’inspirant des oeuvres de l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe?

Plusieurs oeuvres de Gustave Caillebotte nous communiquent la passion que le peintre avait pour les fleurs et l’horticulture. Laissez-vous imprégner de l’atmosphère de ses nombreux tableaux illustrant les plaisirs du jardin, comme
Chrysanthèmes blancs et jaunes, Marguerites et Capucines, pour réaliser un joli jardin d’hiver en toile de fond à un chaleureux décor de Noël, qui pourra certainement illuminer le regard de vos proches devant votre création colorée.

En jouant avec les cartons rouges, verts ou bleus, faites naître la magie de Noël sous vos doigts. Le plus beau cadeau à offrir ou à s’offrir!

Les samedis et dimanches, du 3 au 18 décembre. Trois ateliers par jour : 13 h, 14 h 15 et 15 h 30.

Atelier pour tous autour du 19e siècle et de la modernité au MNBAQ

Parmi les  nombreux thèmes abordés dans l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe, c’est celui de la modernité qui a su inspirer l’atelier pour tous du mois de novembre au Musée national des beaux-arts du Québec.

Les frères Caillebotte ont été des témoins privilégiés des changements de leur époque; ils ont d’ailleurs su traduire cette modernité, en peinture ou en photo, par une multitude d’oeuvres représentant des ponts, des usines, des trains et des voies de chemin de fer.

À votre tour de défier les lois de l’ingénierie et de fabriquer un pont avec du carton, de la corde et des baguettes de bois. Si vous êtes admiratifs des grands travaux d’ingénierie réalisés par les célèbres ingénieurs de ce monde, vous aurez le privilège de vous amuser à réaliser le vôtre, dans un esprit ludique et inventif.

Les samedis et dimanches, du 5 au 27 novembre. 3 ateliers par jour : 13 h, 14 h 15 et 15 h 30. Coût : 2$ par personne.

Podcast – Émission du 25 octobre 2011

Au menu pour cette semaine :

  • Entrevue avec Jean-Pierre Labieau, conservateur au Musée national des Beaux-Arts du Québec et commissaire, dans la Capitale, de l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe;
  • Entrevue avec Sylvie Larouche, autour de son exposition Les théâtres identitaires à VU;
  • Chronique de Fanny Hénon-Lévy : regard et réflexion, du point de vue des arts visuels, sur la pièce Entre vous et moi il n’y a qu’un mur de Jocelyn Pelletier, présentée à Premier Acte ;
  • La revue de presse Arts visuels de Raymond Poirier;
  • La chronique Art audio de Simon Roy : cette semaine, regard sur l’album Memorsion and Other Works de Manuel Chantre, disponible sur l’étiquette Dacapo.

Animation et recherche : Julie Gagné.


Télécharger l’émission.

Au menu de l’émission du mardi 25 octobre 2011

Ce mardi, 17h30 à 18h30, nouvelle édition de L’Aérospatial.

L’animatrice Julie Gagné discutera avec Jean-Pierre Labieau, conservateur au Musée national des Beaux-Arts du Québec et commissaire, dans la Capitale, de l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe. Aussi, elle recevra Sylvie Larouche autour de son exposition photographique Les théâtres identitaires présentée à VU.

Côté chronique, Fanny Hénon-Lévy porte un regard sur la pièce Entre vous et moi il n’y a qu’un mur présentée à Premier Acte et l’analyse et la réfléchit à travers le spectre des Arts visuels. Également, Simon Roy viendra parler d’art audio et apporter sa suggestion de la semaine et Raymond Poirier offrira une revue de presse en arts visuels, cinq sujets en autant de minutes.

C’est un rendez-vous, sur les ondes du 89,1 FM à Québec, ou en direct, sur le Web au www.ckrl.qc.ca.

L’intimité des frères Caillebotte présentée au Musée national des Beaux-Arts du Québec

Après un succès retentissant à Paris, au Musée Jacquemart-André, le Musée national des Beaux-Arts du Québec est fier d’accueillir en exclusivité nord-américaine l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe. Du 7 octobre 2011 au 8 janvier 2012, une incursion exceptionnelle au coeur du Paris de la fin du XIXe siècle attend les visiteurs, grâce au travail remarquable de deux frères, Gustave et Martial Caillebotte, l’un peintre, l’autre photographe.

Cette exposition réunit, pour la première fois, plus de 45 toiles de Gustave Caillebotte et quelque 150 photographies de son frère Martial. Ces oeuvres, réparties en cinq thèmes, mettent en valeur leur sensibilité commune aux sujets de leur temps, soit : Paris en perspective, Dans l’intimité des Caillebotte, Les plaisirs du jardin, Le paysage moderne, Au fil de l’eau. Un sixième thème, exclusif à Martial, présente le regard de ce dernier sur La France pittoresque.

Si le nom des Caillebotte est passé à l’histoire, c’est en raison de Gustave, peintre, mécène et collectionneur, qui fut associé aux peintres impressionnistes. Mais lui et son frère, deux collectionneurs visionnaires, auront également su s’inscrire dans la modernité par leur art, entre naturalisme et impressionnisme.

L’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe est réalisée par le Musée national des beaux-arts du Québec, Culturespaces et le Musée Jacquemart-André (Paris, France).

Décaissage de quelques oeuvres de l’exposition « Caillebotte »

Un triptyque exceptionnel de Gustave Caillebotte ainsi qu’une série de photographies de son frère Martial ont été dévoilés, aujourd’hui, au Musée national des Beaux-Arts du Québec, pour donner un avant-goût de l’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe. Celle-ci sera présentée en exclusivité nordaméricaine, au Musée national des beaux-arts du Québec, du 7 octobre 2011 au 8 janvier 2012.

Les trois oeuvres du triptyque – Baigneurs, bords de l’Yerres, Pêche à la ligne et Les Périssoires – sont signées Gustave Caillebotte et datées de 1878. Elles faisaient partie des 19 toiles de l’artiste présentées à la quatrième exposition des impressionnistes tenue à Paris, entre le 10 avril et le 11 mai 1879. Il aura fallut attendre plus d’un siècle, avec la rétrospective consacrée à Caillebotte et organisée par le musée d’Orsay et l’Art Institute de

Chicago en 1994, pour que les trois tableaux soient à nouveau réunis. C’est donc la toute première fois que ces oeuvres traversent l’Atlantique et qu’elles sont présentées en dehors de la France.

Le peintre destinait cet ensemble à la décoration d’une pièce de la propriété familiale d’Yerres. Le décès de sa mère à l’automne 1878, qui fut suivi de la vente du domaine, a rendu impossible la réalisation de ce projet. Les photographies de Martial – Geneviève, Marie, Jean Caillebotte et Maurice Minoret sur un ponton et Maurice Minoret ramant – font écho au travail de son frère et viennent illustrer de belle façon les loisirs des bords de l’eau et toute l’intimité de la famille.

230 000 visiteurs pour « L’intimité des frères Caillebotte » à Paris

L’exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe, coréalisée par le Musée national des beaux-arts du Québec, Culturespaces et le Musée Jacquemart-André, a connu un immense succès à Paris du 25 mars au 11 juillet 2011. 230 000 visiteurs ont franchi les guichets, au rythme de 2 000 par jour parfois, forçant même le musée parisien à étirer ses heures d’ouverture.

Le vent de succès va bientôt traverser l’Atlantique et s’amener à Québec!

À partir du 6 octobre prochain, et ce, jusqu’au 8 janvier 2012, les Nord-Américains vont découvrir en exclusivité deux frères, Gustave et Martial Caillebotte, qui ont su capter, d’une façon exceptionnelle, les scènes de la vie parisienne des quartiers redessinés par Haussmann, grâce à deux médiums différents : la peinture et la photographie. Ce sera au tour du MNBAQ de présenter les œuvres de ces collectionneurs visionnaires, ces mécènes amis des artistes, et de proposer un voyage fascinant au cœur même de leur création, entre naturalisme et impressionnisme.

L’exposition mettra en parallèle leur vision de la bourgeoisie heureuse et insouciante de leur temps, à travers 46 tableaux et 158 photos. Un événement incontournable de l’automne 2011!